Outils :

Vous ĂŞtes ici

Étude du Liber aggregationis attribué à Albert le Grand

Le De virtutibus herbarum, lapidum et animalium
une collection de textes de philosophie naturelle
et de magie du XIIIe siècle

Cf. Isabelle DRAELANTS, Le Liber de virtutibus herbarum, lapidum et animalium (Liber aggregationis), Un texte à succès attribué à Albert le Grand, Firenze, 2007 (Micrologus Library, 22), 492 p.

Édition critique, traduction, étude historique et doctrinale, apparat des sources, liste des manuscrits et des imprimés.

Qu'est-ce que le Liber aggregationis ?

Une anthologie de philosophie naturelle mêlant médecine et magie subsiste sous différents noms dans près de quatre-vingt manuscrits médiévaux, et plus de trois cent cinquante éditions anciennes en latin et en langues vernaculaires. Elle circule sous les noms suivants, qui se rapportent tantôt à la première ou aux deux parties principales de la collection de textes : De virtutibus herbarum, lapidum et animalium, Experimenta Alberti, Secreta Alberti, De naturis et proprietatibus herbarum et animalium et lapidum, De natura rerum, plus souvent encore Liber aggregationis.

Elle a été attribuée à Albert le Grand, mais la critique moderne ne lui en reconnaît pas la paternité. Malgré sa diffusion énorme, la destinée de ce texte restait méconnue en l'absence d'édition critique et d'études approfondies sur sa datation, son milieu de composition, son auteur, ses sources d'inspiration et ses doctrines.

Le Liber aggregationis se présente comme une collection sujette à adaptations et interpolations nombreuses. Dans la version diffusée à partir du 15e siècle, elle compte deux parties principales, le De virtutibus herbarum, lapidum et animalium, et le plus long De mirabilibus mundi, qui ont tous deux connu une diffusion autonome antérieure, et sont reliés par des opuscules moins identifiables.

Le De virtutibus herbarum, lapidum et animalium forme la première partie d’une collection de textes sur les propriétés des choses qui connut un immense succès dès l’apparition de l’imprimerie. Connu à la fin du XVe siècle seulement sous le nom de Liber aggregationis, auquel fut adjoint le Liber de mirabilibus mundi et quelques opuscules en guise de liant, le De virtutibus égrène en trois livres les propriétés thérapeutiques et magiques de seize plantes liées au Zodiaque, de quarante-six pierres dont la plupart se retrouvent dans le De mineralibus d’Albert le Grand, et de dix-huit animaux de l’Europe occidentale auquel se joint le chameau.
Les ultimes variations modernes de la diffusion de cette collection qui connut de multiples accroissements sont toujours disponibles de nos jours sous le nom de « petit » ou « Grand Albert », dernier avatar de l’attribution séculaire au grand philosophe de la nature Albert le Grand (c. 1193-1280).
Les premiers temps de l’histoire du texte correspondraient à l’époque, décisive pour l’assimilation des connaissances venues d’Orient, du Speculum astronomiæ aussi attribué à Albert. Il apparaît maintenant que le texte a revendiqué presque immédiatement cette grande autorité pour se placer dans la cohorte des textes de philosophie naturelle reconnus. Il est probable que sa genèse ait connu deux phases rapprochées, dont la seconde a donné lieu à un remaniement du livre II sur les pierres, influencé par une version précoce du De mineralibus d'Albert.
Malgré son étonnant succès, le De virtutibus qui forme le noyau primitif de la collection n’avait jamais suscité d’étude d’ensemble sur son origine, ses sources philosophiques et scientifiques, sa tradition manuscrite et sa diffusion imprimée. La présente étude veut combler ce desideratum en offrant aussi une édition critique soutenue par le témoignage de près de la moitié des témoins anciens (35 manuscrits) et accompagnée d’une traduction française proche du texte ainsi que d’un riche apparat des sources directes et des textes parallèles. Texte typique de la frontière des genres, le De virtutibus est étudié ici en regard des autres compilations sur la nature qui circulent au XIIIe siècle ; en particulier, il est confronté aux lapidaires et herbiers encyclopédiques, astrologiques et hermétiques et son attribution est discutée en rapport avec les textes d’Albert le Grand sur les mêmes règnes naturels (plantes, pierres, animaux). A ceci s’ajoutent une liste commentée de plus de 70 manuscrits et le classement de plus de 330 éditions imprimées en latin et en langues vernaculaires.

Les trois premiers livres du Liber aggregationis sont donc consacrés respectivement aux plantes, pierres et animaux, sous le titre de Liber de virtutibus herbarum, lapidum, animalium. Dans une partie minoritaire des copies manuscrites et une partie majoritaire des copies imprimées, fut aussi inséré (généralement à la fin du premier livre), un texte sur sept herbes attribué à Alexander Magnus. D'autre part, à la fin des trois livres primitifs du Liber de virtutibus (plantes, pierres, animaux) furent ajoutés deux brefs textes d'astrologie sur les heures du jour et de la nuit gouvernées par les planètes.
Il arrive dans les éditions anciennes que Liber aggregationis soit le nom générique de l'ensemble de la collection, en ce compris d'autres textes ; ainsi, ce titre englobe parfois également une compilation de magie naturelle sur les “merveilles du monde” dont nous avons compté cinq copies manuscrites. Ce texte magique a rejoint la collection au XVe siècle, mais on ne le trouve allié au De virtutibus que dans trois manuscrits de cette époque. Dans ce De mirabilibus mundi, les substances – principalement des parties animales et des corps chimiques – interviennent dans des ligatures et suspensions à fonction thérapeutique ou magique. Ce De mirabilibus mundi est lui-même composé de textes de diverses origines, où interviennent des auteurs comme Hermès, Isidore de Séville, Galien, etc. et a des sources différentes du De virtutibus, dont la principale est le De proprietatibus d'Ibn Al-Jazzâr.

Nos recherches sur le Liber aggregationis ont donné lieu en outre aux résultats suivants :

A. Sannino, lors du recensement des témoins de la tradition hermétique dans P. Lucentini – V. Perrone-Compagni, I testi e i codici di Ermete, Firenze, 2001 (Hermetica medievalia, I), p. 113- 124, a consacré un appendice séparé à la liste des éditions du De septem herbis ad Alexandrum.

I. Draelants – A. Sannino, "Albertinisme et hermétisme dans une anthologie en faveur de la magie, le Liber aggregationis : prospective", in F. Daelemans - J.M. Duvosquel - R. Halleux - D. Juste , éds., Mélanges offerts a Hossam Elkhadem par ses amis et élèves, Bruxelles, 2007 (Archives et Bibliothèques de Belgique, numéro spécial 83), p. 223-255.

Conférence, 1 mai 2002, London, Angleterre
I. Draelants, "The Liber aggregationis (Experimenta / Secreta) : another link between Albert the Great and Arnoldus Saxo ?", Warburg Institute, Director's Work-in-Progress seminar.

Communication, août 2002, Porto, Portugal
I. Draelants, "Entre connaissance intellectuelle et vertu imaginée dans la philosophie naturelle : les sources du traité sur les plantes, les pierres et les animaux attribué à Albert le Grand", XIe Congresso Internacional de Filosofia Medieval, de 26 a 31 de Agosto de 2002 (1e section : Fontes da problemática do intelecto e da imaginação).

Communication, 19-21 Mai 2005, Louvain-la-Neuve, Belgique, Univ. cath. de Louvain
I. Draelants, "La magie naturelle, une discipline évincée du genre encyclopédique ? Mixité des influences dans le Liber aggregationis attribué à Albert le Grand", Colloque international : Une lumière venue d'ailleurs: Héritages et ouvertures dans les encyclopédies d'Orient et d'Occident au Moyen Âge, org. B. Van den Abeele – G. de Callatay.

Un chapitre de la thèse de doctorat d'I. Draelants avait été consacré à la comparaison entre le De mineralibus d'Albert le Grand, le De natura lapidum d'Arnold de Saxe et le De virtutibus lapidum du Pseudo-Albert (2e livre de la première partie du Liber aggregationis) :
Un encyclopédiste méconnu du XIIIe siècle : Arnold de Saxe. Oeuvres, sources, réception, Louvain-la-Neuve, 2000, 971 p. (thèse d'histoire), p. 99-102 (avec une première liste de manuscrits) et p. 325-334, 549-559, 860-869.

 


© IRHT - Tous droits réservés - Mentions Légaleslogo IRHT