Outils :

Vous êtes ici

Vincent de Beauvais et le Grand Miroir du monde

M. PAULMIER-FOUCART, M.-C. DUCHENNE (coll.)
Vincent de Beauvais et le Grand Miroir du monde,
Turnhout, Brepols, 2004 (Témoins de Notre Histoire), 375 p.

L'ouvrage pr√©sente le Speculum maius, appel√© "la plus Grande Encyclop√©die du Moyen √āge", √©crite dans les ann√©es 1230-1260. Ce Grand Miroir du monde est une Ňďuvre de commande et un produit d'atelier; Vincent de Beauvais, fr√®re pr√™cheur de la premi√®re g√©n√©ration, en est le ma√ģtre d'Ňďuvre, sous l'impulsion probable d'un des premiers Ma√ģtres universitaires de l'Ordre, Hugues de Saint-Cher. Cette "encyclop√©die" en trois parties est une compilation "du meilleur de tous les livres". Elle doit rendre accessible aux Fr√®res Pr√™cheurs - les fratres communes - tout le savoir du monde, tel qu'il est constitu√© au milieu du XIIIe si√®cle, et √©tudi√© dans les studia √©tablis obligatoirement dans tous les couvents dominicains.

Le travail d'√©quipe qui aboutira en deux √©tapes (c. 1244 et c. 1259) √† l'Ňďuvre aujourd'hui connue fut d'abord de lire et de faire des extraits, puis - ce fut la t√Ęche m√™me de Vincent de Beauvais - d'organiser la pr√©sentation de ces extraits pour que les connaissances ainsi accumul√©es soient facilement rep√©rables : la mati√®re des trois parties fut donc divis√©e en livres et en chapitres index√©s par un titre descriptif du contenu, en signalant clairement l'identit√© des textes cit√©s, car leur poids de v√©rit√© d√©pend de l'autorit√© accord√©e aux auteurs.

L'ouvrage analyse les conditions de production du Speculum maius comme outil pour le studium dominicain, parmi d'autres (correctoire et concordance de la bible, trait√©s des vices et des vertus, recueils hagiographiques, sommes de p√©nitence et de droit, commentaires des Sentences), puis caract√©rise chacune des parties. D'abord le Speculum naturale, consacr√© √† l'histoire naturelle selon l'ordre des six jours de la Cr√©ation, qui a connu deux √©ditions, avec des diff√©rences importantes, c. 1244 et c. 1259, o√Ļ se lit remarquablement l'√©volution de la philosophie naturelle au milieu du XIIIe si√®cle, √† savoir avant et apr√®s la premi√®re rencontre, au couvent Saint-Jacques √† Paris, d'Albert le Grand avec les Ňďuvres naturelles d'Aristote ; puis le Speculum doctrinale, inachev√©, reprenant un plan victorin, qui passe en revue toutes les branches du savoir, trivium prop√©deutique, sciences pratiques, sciences m√©caniques, sciences th√©oriques, mais introduit des modifications significatives li√©es au classement des sciences d'al Farabi ; le Speculum historiale enfin, qui d√©roule les facta et gesta de l'humanit√©, en m√™lant r√©cit historique proprement dit, histoire litt√©raire et hagiographie, jusqu'au jugement dernier, selon la vision augustinienne de l'histoire.

 

On a souvent insist√© dans le pass√© sur la relation entre Vincent de Beauvais et le roi Louis IX, jusqu'√† faire de ce dernier le commanditaire de l'ouvrage. Il n'en est rien ; m√™me si une influence royale peut se d√©celer ici ou l√†, m√™me si Vincent de Beauvais a √©crit pour le roi d'autres Ňďuvres, il reste que le Speculum maius est un ouvrage dominicain, qui tente, parfois maladroitement, comme toutes les Ňďuvres de compilation, d'int√©grer dans le programme d'√©tude des fr√®res pr√™cheurs un savoir marqu√© par "les derniers progr√®s de la science", en l'occurrence essentiellement les textes d'origine grecque et arabe, tout en veillant √† rester √† l'√©cart d'une vaine curiosit√© toujours condamnable.

 


© IRHT - Tous droits réservés - Mentions Légaleslogo IRHT