Outils :

Vous êtes ici


Programme SourcEncyMe (Sources des Encyclopédies Médiévales) :

La compilation scientifique et philosophique dans les encyclopédies latines médiévales : Textes et sources - Constitution d'un corpus annoté en ligne des encyclopédies médiévales latines

Le programme SourcEncyMe (Sources des Encyclopédies diévales) est consacré à l’histoire de la transmission des textes grecs, arabes et latins de la pensée philosophique/scientifique, théologique et historique véhiculées dans les compilations encyclopédiques latines au XIIIe siècle et au-delà. L’objectif du programme SourcEncyMe est donc de mettre en ligne et de traiter de manière érudite tout ce patrimoine de connaissances médiévales qu’à l’époque on regroupait sous le nom de « philosophie » et de « théologie ». Le projet met l’accent en particulier sur la philosophie naturelle, c’est-à-dire sur la science de la nature, aussi appelée à l’époque « physique ». SourcEncyMe élabore un corpus des encyclopédies médiévales et identifie progressivement les sources grecques, arabes et latines de la pensée scientifique et philosophique, sources puisées par les encyclopédistes aux treize siècles qui précèdent.

Le site du corpus et de la plate-forme collaborative, hébergés par le Centre national de ressources textuelles et lexicales jusque décembre 2013 (CNRTL, Nancy), sont désormais hébergés par l'Institut de recherche et d'histoire des textes (IRHT) à Paris. L'accès à la plateforme collaborative en Intranet est réservé aux collaborateurs du projet, mais le corpus textuel est accessible au public en ligne à l'adresse http://sourcencyme.irht.cnrs.fr.

Si vous désirez participer au projet, prenez contact avec Isabelle Draelants, porteuse du projet.

Outils élaborés par le programme :

1. Un corpus annoté de textes encyclopédiques latins balisés en XML-TEI (actuellement 5 millions de mots), qui doit compter env. 6,5 M de mots à terme. Le corpus est enrichi régulièrement par des textes encyclopédiques supplémentaires balisés et indexés ;

2. Un ensemble évolutif de méta-données critiques : a. des mémentos, i.e. fiches bio-bibliographiques sur 1750 oeuvres et autorités (auctoritates - tituli) citées implicitement ou nommément et désignées par des noms latins standardisés, b. des notices d’identification des segments de citations, c. des annotations érudites sur les intermédiaires de transmission (versions du texte, traductions, auteurs intermédiaires) ; 

3. Une interface collaborative de travail en ligne (pour les chercheurs impliqués dans le projet), permettant : a. de compléter les mémentos ; b. d’entrer les identifications de source ; c. d’annoter les textes par des commentaires sur la tradition ;   

4. un site Internet public de consultation du corpus en ligne (en cours de réalisation).

1. Etat actuel des réalisations

Encyclopédies disponibles :

  • Speculum maius de Vincent de Beauvais dans sa version trifaria :
    Speculum naturale,
    Speculum
    historiale,
    Speculum doctrinale
    (c. 1250)
  • Historia naturalis de Juan Gil de Zamora (avant 1300)
  • Version III du Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré (c. 1250)
  • Livre des poissons de l'Hortus sanitatis (15e s.)

Préparées pour l'inclusion ou enregistrés :

De naturis rerum d'Alexandre Nequam (c. 1200)
Versions I-II du Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré (1230)
De proprietatibus rerum de Barthélemy l'Anglais, l. I-IV, XVII, VIII (c. 1240-47)
Speculum morale apocryphe
Pro conservanda sanitate de Vital de Four (début 14e s.)
Proemium et livre musical du Liber introductorius de Michel Scot (avant 1230)
Liber de moralitatibus de Marcus d'Orvieto
Liber de similitudinibus rerum de Jean de san Gimignano
Liber de superioribus et inferioribus de Daniel de Morley (c. 1200)

A venir :

Enregistrement de nouvelles encyclopédies et balisage du corpus en croissance (DTD et TEI)  

  • de nouvelles éditions critiques en cours par des collaborateurs :
    • Livre 24 du De animalibus d'Albert le Grand (CRAHAM Caen), avec édition critique ;
    • Compendium philosophiae, c. 1245 (E. Kuhry – R. Saccenti) ;
    • De floribus rerum naturalium d'Arnold de Saxe (c.1230-40) (I. Draelants)
    • autres livres du De proprietatibus rerum de Barthélemy l'Anglais…
  • d'autres textes : Ps.-John Folsham, Chronicon d'Hélinand de Froidmont…

Métadonnées en cours d'enrichissement :

  • Rédaction des mémentos (fiches bio-bibliographiques) au fur et à mesure du traitement des sources pour près de 1750 auteurs et œuvres
  • Identifications des sources, confiées par dossiers à des spécialistes de tel auteur ou oeuvre-source
  • Annotations érudites sur la transmission et la tradition manuscrite des sources

Développements envisagés avec les partenaires du projet :

  • Offrir des traductions : Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré et livre 24 du De animalibus d'Albert le Grand : (CRAHAM et MRSH à Caen)
  • Offrir en juxta les images des supports du texte : manuscrits, imprimés anciens, éditions récentes (dans le cadre de la mise à disposition des encyclopédies sur ECHO, European Cultural Heritage Online, au Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte)

Cadre institutionnel

Le projet SourcEncyMe a été financé depuis décembre 2007 jusqu’en 2011 grâce à l’appel d’offres « Corpus » de l’Agence nationale pour la Recherche (ANR) avec les partenaires suivants : Atelier Vincent de Beauvais (dans le Centre de médiévistique Jean-Schneider, Nancy), Atilf UMR 7118, Craham à Caen, CEPAM UMR 7264 à Nice et l’UMR 7111 d’histoire et de philosophie des sciences (« Archives Poincaré) à Nancy. Le programme était inscrit dès 2006 parmi les premiers projets soutenus par la Maison des Sciences de l’Homme de Lorraine, dans l’axe 2 « Corpus, Textes et Documents » ; il a été hébergé dans le CNRTL (Centre national de ressources textuelles et lexicales, Nancy) jusqu’à son transfert en janvier 2014 à l’Institut de recherche et d’histoire des textes.

Ainsi soutenu, le projet a eu un effet d’entrainement, accueillant chaque année des post-doctorants internationaux sur fonds universitaires et régionaux chaque année, générant aussi deux thèses de doctorat (l’une a été soutenue le 10 janv. 2014), des recrutements de CDD, un colloque international en 2009, publié en 2011 à Florence (SISMEL, collection Micrologus’ Library), de nombreuses publications, dont des éditions critiques, des communications dans des colloques touchant à l’encyclopédisme médiéval et à la philosophie naturelle, organisant des formations, tissant des collaborations nationales entre cinq unités mixtes de recherche à Nancy, Caen et Nice (qui ont organisé également plusieurs manifestations scientifiques dans la thématique du projet) et des collaborations internationales avec Münster, Louvain-la-Neuve et Berlin (Max-Planck-Institut).

Actuellement, le projet bénéficie d'un financement pour un contrat d'ingénieur de recherche temporaire via l'Equipex Biblissima.

SourcEncyMe est lié et collabore au Groupement de recherche International (GDRI) sur la Zoologie antique et médiévale Zoomathia depuis la création de celui-ci.

Figure ci-dessous le texte du projet initial sur les sources des encyclopédies médiévales tel qu'il a été rendu public en 2007.

2. Un outil d'information et de recherche rendu nécessaire par le progrès de la littérature scientifique sur les encyclopédies médiévales

La recherche moderne a mis en évidence toute l'importance à accorder, au cours de l'histoire, aux processus de mise par écrit d'un ensemble global et organisé de connaissances sous forme, par exemple, d'encyclopédies ; la plupart du temps, cette "mise en mémoire" correspond à une période marquante de l'histoire intellectuelle, où la société ressent le besoin de faire le tri parmi un savoir accru, et de mettre en oeuvre de nouvelles méthodes pour l'organiser et le diffuser.

Parmi ces oeuvres didactiques à visées encyclopédiques, certaines ont vu le jour au Moyen Âge, et en particulier au XIIIe siècle, avec l'objectif de compiler l'ensemble des connaissances sous une forme organisée.

La nécessité de développement d'outils modernes permettant le traitement centralisé de cette information maintenant mieux connue se fait donc sentir. C'est à cette nécessité de recherche que veut répondre le programme Sourcencyme, attaché à La compilation scientifique et philosophique dans les encyclopédies latines du XIIIe siècle : textes et sources.

 

3. Objectifs : l'accès à la documentation philosophique et scientifique médiévale

Ce programme relatif à l'histoire des sciences médiévales prévoit la constitution et la mise en ligne d'un large corpus annoté sur les encyclopédies médiévales latines. Son objectif est d'apprécier le phénomène essentiel de la culture érudite médiévale que constitue la compilation scientifique et philosophique de type encyclopédique. Autrement dit, de faire connaître par la mise en ligne d'une information vérifiée scientifiquement et interrogeable de diverses manières, la documentation philosophique, scientifique, mais aussi les informations historiques et patristiques qui nourrissaient la culture encyclopédique du XIIIe siècle. Ce corpus est donc consacré à l'examen approfondi des sources d'inspiration scientifique et philosophique immédiates et explicites, mais aussi médiatisées par des auteurs dont les noms n'apparaissent pas dans les compilations encyclopédiques. Il s'agit en somme de faire connaître progressivement les résultats d'une recherche comparative sur les sources de la culture "générale" érudite au XIIIe siècle.

Nous espérons fournir un outil capable de répondre à toutes sortes de questions sur le corpus encyclopédique, qu'elles soient d'un ordre assez général ou très érudites. D'un point de vue pratique, il sera possible d'interroger à partir d'un mot, d'un contexte, d'un concept, d'un nom de personne ou de lieu, etc. ; d'un point de vue érudit, on pourra, chez chaque encyclopédiste, apprécier la médiation -parfois multiple- des sources et mettre en relation des informations critiques sur le texte-source.

Cette recherche à critères multiples devrait donc permettre une radiographie des connaissances qui sont parvenues aux encyclopédistes, par le canal "indigène" de la longue tradition occidentale latine ou par le canal "externe" des traductions arabo- et gréco-latines au cours des XIe, XIIe et XIIIe siècles. Pour les érudits intéressés par la philologie et la transmission de la culture à travers les différentes civilisations qui forment la nôtre, ce corpus annoté vise à offrir, en parallèle, les textes encyclopédiques latins du XIIIe siècle sous forme de corpus dépourvu d'apparat philologique, fournissant en revanche un apparat approfondi de leurs sources. L'objectif est de faire émerger l'information commune et les disparités, mais aussi l'évolution de l'information scientifique.

 

4. Naissance du projet et ancrage institutionnel

Le programme se fonde scientifiquement sur les progrès de la littérature scientifique internationale depuis une trentaine d'années dans le domaine des encyclopédies. Il se veut international et fédérateur, car il vise à rassembler et à mettre en ligne la documentation produite aussi par les équipes françaises et étrangères partenaires de l'Atelier Vincent de Beauvais.

Le projet mûrit depuis 2003 à l'Atelier Vincent de Beauvais, au sein de l'UMR « Moyen Âge » à l'Université de Nancy2 ; il est inscrit depuis 2006 parmi ceux qu'accueille la récente Maison des sciences de l'homme de Lorraine, dans le cadre de l'axe 2, portant sur les corpus documentaires. Il est doté depuis l'automne 2007 d'un budget alloué par l'Agence Nationale pour la Recherche, dans le cadre de l'appel d'offres « Corpus et outils en sciences humaines et sociales ».

En partenariat, pour la partie technique, avec l'ATILF (UMR 7111), autre laboratoire nancéen spécialisé dans l'étude des dictionnaires et de la lexicographie et leur traitement assisté par ordinateur, le programme associe, du côté historique et philologique, les équipes françaises du CEPAM (UMR 6130, Université de Nice-Antipolis) et du CerLam EA 996 (Université de Caen). Il a également des liens avec les équipes étrangères du Seminar für mittellateinische Philologie de l'Université de Münster et du projet Cyclopes (Université catholique de Louvain-la-Neuve).

Attaché dès l'origine à l'étude du Speculum maius (voir Historique), l'Atelier Vincent de Beauvais avait entrepris la mise en ligne du texte du Speculum maius et des prologues des petites œuvres de Vincent de Beauvais, permettant ainsi l'interrogation multiple d'une encyclopédie compilant plus de 800 œuvres et auteurs, qu'ils soient antiques, de langue arabe ou contemporains. Depuis 2002, l'Atelier VdB s'est ouvert à la transmission des connaissances de l'Antiquité au Moyen Âge en général, c'est-à-dire à l'histoire de la pensée scientifique, et en particulier à l'étude de la philosophie naturelle comme source des encyclopédies médiévales latines. C'est suite à cette ouverture qu'est né le projet de corpus annoté.

 

5. Constitution du corpus encyclopédique

Outre le Speculum maius, parmi les encyclopédies latines qui font l'objet de recherches comparatives à l'Atelier Vincent de Beauvais, il faut citer le De proprietatibus rerum de Barthélemy l'Anglais, le Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré, le De floribus rerum naturalium d'Arnold de Saxe, le De naturis rerum d'Alexandre Nequam. Dans un premier temps, cet ensemble déjà bien étudié et enregistré forme le corpus encyclopédique de base pour la constitution du corpus annoté. C'est l'objet de la première phase de trois ans du projet Sourcencyme (jusque 2010).

La constitution de ce corpus suppose d'abord la continuation et la transformation de la Base de données textuelle du Speculum maius, mais aussi l'identification systématique de ses sources. Les autres textes encyclopédiques se présentent dans un état très inégal : dans le meilleur des cas ils sont déjà enregistrés sur la base d'une édition critique (p. ex. le De natura rerum de Thomas de Cantimpré), dans le pire des cas ils restent inédits et à déchiffrer sur manuscrits. On se trouve, par exemple, proche de ce deuxième cas de figure pour des textes encyclopédiques sur lesquels des investigations ont commencé dans le cadre de ce programme mais feront l'objet d'une phase ultérieure d'exploitation, comme le Compendium philosophiæ anonyme et le Liber introductorius de Michel Scot. Dans le cas de certains commentaires sur les Parva naturalia d'Aristote par Albert le Grand (De vegetabilibus, De animalibus) et de l'Historia naturalis de Juan Gil de Zamora, on dispose d'éditions critiques à enregistrer. Dans tous ces cas, la plus grosse part du travail consiste à identifier de manière approfondie les sources de ces compilations encyclopédiques. La difficulté relative de ce travail d'identification dépend du progrès de la recherche en ce domaine.

 

6. Difficultés d'une documentation dans un état critique inégal

Le travail de recherche sur les sources dépend évidemment de l'état divers de la documentation moderne érudite sur les auteurs et les textes, de la disponibilité et de la qualité des textes existants. Ces textes encyclopédiques de taille et de structures diverses, qui par nature sont des compilations, constituent donc des œuvres composites construites à 90% par tissage de nombreux auteurs et d'œuvres de nature très différente. Ainsi, le Speculum maius est très clairement structuré (livres, chapitres, marqueurs de source), ce qui n'est pas le cas de tous les textes encyclopédiques, le cas extrême étant peut-être celui du Liber introductorius de Michel Scot, dont la structure est encore à déterminer et qui connaît plusieurs versions dont la succession n'est pas encore connue.
Il faut donc poursuivre le très large travail d'identification des citations déjà commencé. Cela suppose une analyse critique des sources par des recherches historiques, des recherches bibliographiques, les transcriptions éventuelles des passages utilisés par les encyclopédistes, l'établissement des liens entre les auteurs par le repérage des sources communes et la mise en évidence des médiations (sources intermédiaires non mentionnées par le compilateur).
Le travail est largement amorcé pour le Speculum maius, dont les citations sont répertoriées pour l'instant dans une base documentaire contenant 24 000 fiches individuées d'après les "marqueurs de sources" utilisés systématiquement par Vincent de Beauvais. Pour le De floribus rerum naturalium d'Arnold de Saxe, les sources sont identifiées à 95 % ; pour Thomas de Cantimpré, l'apparat critique des sources de l'édition de H. Boese n'est jamais paru, mais on peut regrouper un certain nombre de résultats parus dans des publications dispersées et les identifications déjà faites à l'Atelier. Pour Barthélemy l'Anglais, la progression se fera au rythme de l'édition critique en cours coordonnée par Io. Ventura et dirigée par Chr. Meier-Staubach, H. Meyer et B. Van den Abeele.

Pour le Compendium philosophiæ anonyme, une thèse de doctorat est entreprise depuis septembre 2008 par E. Kuhry, visant à fournir une édition critique et une étude de la philosophie naturelle présente dans cette encyclopédie. La thèse sera soutenue en janvier 2014.

 

7. Caractéristiques techniques du corpus

L'outil mis en oeuvre est un large corpus annoté des encyclopédies latines du XIIIe siècle, doté d'un ensemble considérable de méta-données critiques formant plusieurs apparats :

  • mémentos bio-bibliographiques sur les sources et les auteurs qui font l'objet d'un "marqueur de source" dans les encyclopédies elles-mêmes,
  • identifications précises des passages cités,
  • annotations de chercheurs sur les modalités de la transmission des sources (divers types d'annotations sur l'histoire et la transmission de chaque source).

Cet ensemble de notes, différent d'un apparat philologique traditionnel, est centré sur l'histoire des textes. Il tiendra compte des progrès de l'historiographie des trente-cinq dernières années dans le domaine des encyclopédies médiévales et des réseaux de savoir.

Outre la constitution d'un vaste corpus encyclopédique, le projet doit aussi déboucher en 2010 sur la constitution d'une plate-forme collaborative où les chercheurs pourront poursuivre l'introduction d'informations vérifiées scientifiquement. Dans un premier temps, cette plate-forme sera ouverte aux chercheurs impliqués dans le projet ; par la suite, il est prévu que tout chercheur pourra, après autorisation, enrichir la documentation fournie, qui sera vérifiée par les collaborateurs. Une fois disponible sur Internet, le corpus annoté sera diversement interrogeable, pour permettre de répondre à toutes sortes de questions érudites sur les contenus philosophiques et scientifiques de ces encyclopédies. Il s'agit donc, d'un point de vue matériel, de créer une base de données sur ces encyclopédies, indexée de multiples façons, ainsi qu'un logiciel accessible et utilisable en ligne.

À terme, une « hypernavigation » sera créée à partir des unités textuelles des encyclopédies, uniformisées et balisées : chapitres, mots-clés, citations et segments de citation, formes originelles, noms propres, etc.
On considère comme une unité de citation tout le groupe de citations mis sous un même marqueur, le marqueur étant la référence médiévale à la ou aux citations qui vont suivre. Pour les questions d'automatisation, il faut tenir compte d'une donnée essentielle : le caractère intrinsèquement et par nature redondant de l'écriture médiévale, dans son vocabulaire, dans ses thèmes, mais aussi au niveau syntaxique, par exemple par l'utilisation des règles de la disputatio et de ses formules figées (ad unum, ad secundum, et respondeo, quaeritur, etc.). Cette redondance « par nature » ne permet donc pas les traitements automatiques ni les comparaisons systématiques. Le balisage des données est donc essentiellement manuel. Il sert à structurer le texte, chaque balise délimitant un élément du texte auquel est attaché une fiche documentaire et documentée (= métadonnées). Il permet d'isoler des éléments à comparer, qui sont reliés par des clés.

 

8. Phénomènes historiques observés: la médiation et la transmission encyclopédiques

L'intérêt, à terme, est donc de pouvoir mettre en évidence le phénomène de la médiation : non pas seulement d'identifier une citation de Pline constituée de plusieurs passages juxtaposés, abrégés ou synthétisés, mais surtout de montrer qu'il est présent dans une encyclopédie du XIIIe siècle par l'intermédiaire, soit de Solin, soit d'Isidore de Séville, ou encore à travers d'une compilation médicale comme le Circa instans. Le cas de Dioscoride est souvent encore bien plus compliqué et connaît des médiations très diverses, alors que le « marqueur » médiéval de la source reste le même.

La longueur des citations varie d'un auteur à l'autre, mais surtout, les marqueurs de citations médiévaux sont parfois très peu systématiques et recouvrent des éléments de nature différente, comme des interventions de l'encyclopédiste pour lier son discours. D'autre part, il existe, partout, plusieurs niveaux de citations à l'intérieur du texte allégué à un marqueur, les compilations encyclopédiques citant elles-mêmes d'autres compilations ou une leçon qui fait appel à des sentences d'auteurs, puisque c'est la nature même de la construction d'un texte de la pratique intellectuelle médiévale. Il ne s'agit pas seulement de Barthélemy qui cite Isidore qui se sert de Pline, mais aussi de Vincent de Beauvais qui utilise Thomas de Cantimpré qui utilise Jacques de Vitry qui cite, marqueur à l'appui, Isidore. Le problème est encore plus complexe lorsque le compilateur a eu recours aux florilèges ou à des questions disputées contemporaines, restées anonymes ou à un autre texte fluctuant par nature. Le projet Sourcencyme prévoit d'indexer l'ensemble de ces sources internes (appelés "marqueurs secondaires") présentes à l'intérieur des citations encyclopédiques.

Le travail d'identification s'avère difficile quand il faut recourir aux éditions anciennes, ou travailler sur des sources totalement inédites (sous forme manuscrite), comme les reportationes de discussions philosophiques contemporaines, qui contiennent elles-mêmes souvent des allégations de nouvelles sources, ou certaines compilations arabo-latines inédites qui nécessitent une identification de la version utilisée et le recours à la lecture des manuscrits originaux conservés. Pour les sources qui sont manifestement des compilations rares, dont le texte n'a pu être retrouvé dans les manuscrits existants, l'établissement de rapprochements textuels a lieu via la tradition parallèle.

Il existe donc une grande diversité de relations ou de niveaux de relation entre les citations chez les encyclopédistes : soit il s'agit d'une source primaire et le texte de la citation est identique (rapport d'égalité) chez deux ou plusieurs auteurs, parce que la version de la source est la même et n'a pas subi d'abréviation, soit le texte est proche ou parent (rapport de proximité/parenté), soit il s'agit d'une même source (comme par exemple le De somno et vigilia d'Aristote, citée à la fois chez Vincent de Beauvais, Albert le Grand, Barthélemy l'Anglais), mais à l'état « secondaire » car passée par des intermédiaires différents (p. ex., du grec à l'arabe ou au latin ou via un auteur intermédiaire) et s'énonçant donc très différemment. La fiche complexe du corpus annoté, liée aux métadonnées, dira donc si l'on peut faire le lien avec une source précise, un texte passeur, un texte parallèle ou seulement un témoin d'une tradition commune.

 

9. Partenaires dans le cadre du projet Sourcencyme soumis à l'ANR

  • Université de Nice-Antipolis, CEPAM (UMR 6130)
    Prof. A. Zucker, Prof. I. Vedrenne
  • Université de Caen, CERLAM (EA 996), axe Savoirs et mémoire(s)
    Prof. C. Jacquemard, Prof. B. Gauvin, M.-A. Avenel ; Presses universitaires de Caen : D. Roux et P.-Y. Buard.
  • ATILF (UMR 7111) et CNRTL (Centre national de ressources textuelles et lexicales), Université de Nancy 2
    Et. Petitjean, Ingénieur de recherches, J. Pérignon, Technicienne. Prof. J.-M. Pierrel

10. Autres partenaires de l'Atelier dans le cadre du projet sur la compilation scientifique et philosophique dans les encyclopédies

  • 2007-2010 : Seminar für mittellateinische Philologie, Westfälische Wilhelms-Universität, Münster, Allemagne
    Prof. Dr. Chr. Meier-Staubach, Dr. Heinz Meyer, Dr B. Roling, Dr. I. Ventura.
  • Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, Belgique, projet "Cyclopes" du Fonds scientifique de Recherche : "Encyclopédies comme images du monde et comme vecteurs d'échanges intellectuels dans l'Islam et l'Occident au Moyen Âge"
    Prof. B. Van den Abeele, chercheur qualifié au F.N.R.S. (Unité de Moyen Âge et Centre de recherches en histoire des sciences), Prof. G. de Callataÿ (Département d'orientalisme et C.R.H.S.).

Outre les membres de l'Atelier, des chercheurs associés à l'Atelier Vincent de Beauvais ont participé au projet dans la mesure de leurs disponibilités. Entre autres :

  • Cédric Giraud, Maître de conférences : Atelier diplomatique, Centre de médiévistique Jean Schneider (ERL 7229), Université de Nancy 2 / CNRS.
  • Thomas Bénatouïl, Maître de conférences : Archives Poincaré, Laboratoire de philosophie et d'histoire des Sciences (UMR 7117), Université de Lorraine puis Professeur à l'Université de Lille 3.
  • Christian Meyer, Chargé de Recherches CNRS : Musicologie historique, Centre de médiévistique Jean Schneider (ERL 7229), Université de Nancy 2 / CNRS.

 


© IRHT - Tous droits réservés - Mentions Légaleslogo IRHT