Outils :

Vous êtes ici

L'encyclopédisme médiéval

Les encyclopédies latines étudiées à l'Atelier s'inscrivent dans l'effort d'organisation des connaissances qui marque le XIIIe siècle européen, au moment où se mettent en place les structures de l'état moderne et se créent les universités et les collèges nourris des savoirs antiques et des connaissances arrivées via les traductions arabo- et greco-latines.
Diverses sommes du savoir médiéval font ainsi l'objet de recherches à l'Atelier, dans la perspective d'accroître la connaissance et la disponibilité du savoir philosophique médiéval. Parmi elles, le De naturis rerum d'Alexandre Nequam (c. 1200), le De proprietatibus rerum de Barthélemy l'Anglais (c. 1247), le Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré (c. 1230) dans ses différentes versions, le De floribus rerum naturalium d'Arnold de Saxe (c. 1225-45) et le Liber introductorius de Michel Scot (ante 1237), mais évidemment aussi le Speculum maius, oeuvre du dominicain Vincent de Beauvais († 1264).

Le Speculum maius couvrait une dizaine de volumes manuscrits, ce qui en fait la plus imposante encyclopédie médiévale. Ce miroir du monde a connu deux versions principales, dont la première, en deux parties (bifaria, vers 1240) a été mise au jour par M. Paulmier-Foucart; la deuxième, en trois parties (trifaria) fut achevée vers 1259. L'universalité et la quantité de l'information de ce texte encyclopédique tripartite (Speculum naturale, doctrinale, historiale) ont motivé en son temps la création de l'Atelier Vincent de Beauvais, dont un des objectifs est de favoriser sa compréhension et son analyse par des publications scientifiques, tout en offrant des outils d'accès à son immense documentation, notamment par la réalisation de bases de données en ligne (comme la Base Vincent de Beauvais, en ligne depuis les années 1990) et autres outils textuels. L'objectif de l'Atelier vis-à-vis du Speculum maius n'a donc jamais été de fournir une édition critique électronique mais de rendre son texte disponible en ligne et intelligible via diverses publications scientifiques.

Par le biais d'un projet axé sur les sources philosophiques et scientifiques des encyclopédies, intitulé Sourcencyme et réunissant plusieurs collaborateurs autour de l'Atelier, le texte de chacune de ces encyclopédies est exploité depuis 2007 en vue de le rendre disponible sous forme de corpus accompagné d'une identification systématique des sources et d'annotations de chercheurs portant sur la médiation de ces sources.

En outre, sont conduites à l'Atelier les éditions critiques du De floribus rerum naturalium d'Arnold de Saxe et du livre VIII, De astronomia, de l'encyclopédie de Barthélemy l'Anglais (par I. Draelants, E. Frunzeanu et I. Ventura ; à paraître dans la collection De diversis artibus chez l'éditeur Brepols), mais aussi, à partir de septembre 2008, celle du Compendium philosophiæ anonyme (par E. Kuhry).

 

 


© IRHT - Tous droits réservés - Mentions Légaleslogo IRHT